[CULTURE FLIP] Le cirque et le body painting

Auparavant, la population rêvait de voir des animaux sauvages lors des spectacles, c’était extraordinaire selon eux. 90 % des personnes selon le courrier de l’EST demandent si il y a des animaux avant d’acheter une place de cirque. Ce qui prouve bien que le public est émerveillé devant de tels animaux si près d’eux. A l’heure d’aujourd’hui, beaucoup de personnes ont pris conscience que ces animaux n’étaient pas heureux. Beaucoup réfléchissent sur le bien-être animalier et donc invitent tout à chacun à signer des pétitions pour interdire les animaux au cirque. Dans la Constitution du 4 octobre 1958, l’Assemblée Générale vise à interdire les animaux sauvages dans les cirques. Or, il n’y a pas encore de loi réellement déterminée en France mais beaucoup de communes interdisent désormais les animaux dans les cirques. D’ailleurs à l’heure d’aujourd’hui beaucoup de cirques sont basés que sur les prouesses humaines. Le body painting est donc maintenant mis à l’honneur dans les cirques.

Le body painting se nomme également l’art sur corps. C’est le fait de donner vie à l’imaginaire. En effet le body painting permet de se divertir ou de faire peur. Ce procédé est notamment utilisé pour remplacer les animaux au cirque ou encore pour halloween où on essaye de reproduire les pires monstres. L’artiste crée donc sur la peau de fausses blessures à l’aide de moules de cicatrices ou de faux sang. Pour un résultat réaliste il faut des heures de travail, de la créativité et une grande part de liberté. On peut photographier la réalisation ou faire défiler la personne. Ensuite nous allons vous parler du body painting qui a pour but de sensibiliser au dépistage du cancer du sein et à l’acceptation du corps après la maladie.
Peindre son corps lorsque la maladie l’a ravagé permet aux femmes atteintes du cancer du sein de se réapproprier leur corps et à l’accepter. Le dessin doit être extrêmement réaliste.

Le dessin fini, l’artiste prend une photo afin de la publier et inciter les autres femmes à se faire dépister , ce qui est le but de l’événement “octobre rose”. Pour finir nous allons vous parler du body painting qui vise à dénoncer les violences conjugales commises contre les femmes. C’est donc ici un procédé de maquillage qui permet de rendre plus vrai que nature les coups sur la peau. On imite notamment les bleus sur le corps, les plais. À travers cet art on aperçoit la souffrance physique et mentales de ces femmes. Dans ce cas c’est encore un travail de photographie où l’on capture les clichés pour les publier afin de pousser à la dénonciation

Retrouvez nous sur studiogaco.fr

L’équipe:
Bourbon L, Vaast M ( chroniqueuses),
Bourbon L ( technicienne),
Doirin M ( animatrice)
Bachelet C, Vaast M (rédactrices chronique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *