[TECHNOLO’GIM] La viande artificielle

Technolo’gim

La viande artificielle

Chronique de Marie François
étudiante en première année de DUT GIM (Génie Industriel et Maintenance)
à l’IUT du Littoral Côte d’Opale
)

Une émission de vulgarisation scientifique produite par les étudiants

Technolo’GIM est une émission animée et réalisée par les étudiants de DUT GIM (Saint-Omer) dans le cadre des enseignements en expression et communication. Il s’agit pour les étudiants de développer leurs compétences en expression écrite et orale. Dans un premier temps, les étudiants choisissent une actualité scientifique et mènent des recherches approfondies. Ils utilisent les outils numériques et notamment les bases de données proposées par la BULCO (Bibliothèque Universitaire du Littoral Côte d’Opale). Après avoir consulté des sources documentaires variées, ils rédigent et enregistrent la chronique en équipe.

La viande artificielle

laboratoire

Comment la viande artificielle devient un enjeu majeur pour les années à venir et que faut-il en penser ?

Nous savons aujourd’hui que le réchauffement climatique devient un vrai problème pour notre survie, et que les conditions se dégradent. Mais pourquoi ?

En effet il faut savoir et prendre en compte qu’un terrien sur trois souffre de malnutrition. De plus, le nombre de ces terriens augmente considérablement, tandis que les terres agricoles se font moins disponibles à cause de l’urbanisation.

La désertification progresse en Afrique, c’est-à-dire qu’en plus de l’urbanisation, le réchauffement climatique est aussi responsable de l’incapacité des terres à pouvoir être cultivées !

D’après l’article « Cette crise est une leçon d’humilité collective » du 6 novembre, toute cette évolution est une équation impossible à résoudre. La Terre sera de moins en moins capable de tous nous nourrir.

La consommation de viande va alors également augmenter et devenir un vrai problème.

Il y a donc plusieurs solutions éventuelles pour encaisser toutes ces conséquences, mais avec des avis différents.

Mais comment est créée cette viande artificielle ? Et pourrait-elle bientôt entrer officiellement dans notre société ?

Il faut savoir que Mark Post est un scientifique ayant créé dans son laboratoire de Maastricht en 2013 le premier steak de synthèse. La création de viande artificielle consiste à prélever des cellules souches sur l’animal, puis à développer celles-ci dans un bioréacteur, à l’aide de nutriments et de gras végétal similaire à celui contenu dans le maïs. Le problème est qu’il reste encore beaucoup d’inconnus. Si les producteurs parviennent à maîtriser la composition nutritionnelle de leur viande, par exemple en privilégiant de bons acides gras, cela pourrait s’avérer bénéfique. Mais on ne connaît même pas notre capacité à digérer cette nourriture.

De plus, la nouveauté de cette viande rend le prix du kilo excessivement cher et serait aujourd’hui de l’ordre du millier d’euros. Un morceau de viande de 140g serait estimé à 290 000 €.

Mais d’après le journal « L’Express » du 5 novembre, le déploiement des premières usines pilotes de Mosa Meat et Memphis Meats laisse penser qu’une production de masse pourrait bientôt démarrer, et faire rapidement baisser ces tarifs. On estime que vers 2040, 35% de la viande que nous consommerons proviendra de cellules souches.

Et qu’en dit l’opinion publique ?

D’après le journal « Les Echos » du 6 novembre, nous avons besoin d’un rééquilibrage alimentaire, car malheureusement l’obésité augmente, et par exemple 30% des produits alimentaires sont gâchés dans les pays du Nord. Ils sont contre la viande artificielle et optent plutôt pour une agriculture « pure ». Selon eux il faut, je cite « continuer de se nourrir de protéines animales, mais réduire la quantité de consommation. Pas une agriculture high-tech de laboratoire qui profite surtout à la valorisation en Bourse de certaines entreprises. ».

Mais ce ne sont visiblement pas qu’eux qui sont de cet avis. Dans la Presse « L’Express » du 5 novembre, les chefs cuisiniers Français de l’association Euro-Toques clament « Non à la viande de laboratoire issue de cellules souches! », dans leur pétition, remontés au point de porter le dossier à la Commission européenne.

A savoir aussi qu’on ne pourrait pas se nourrir que de protéines végétales car toutes les terres ne sont pas forcément aptes à produire, et que l’élevage joue un rôle important dans notre alimentation. En effet, il produit l’azote, le phosphore et la potasse indispensables à l’agriculture.

Mais alors y a-t-il des personnes réellement motivées par cette solution ?

Eh bien, quand on sait qu’actuellement l’humanité consomme près de 50 milliards d’animaux par an, et que selon une source de la FAO, on atteindrait les 110 milliards en 2050, certaines personnes croient réellement que la viande artificielle sera indispensable.

Dans l’article « Le steak artificiel s’invite à table » du 12 novembre, d’après Nathalie Rolland, directrice de l’association Agriculture cellulaire France, la viande cultivée dite « in vitro » est importante pour la préservation des terres agricoles, et pense qu’il y a des risques sanitaires liés à l’élevage industriel (favorise épidémies).

Aujourd’hui, KFC commencerait déjà à adopter cette solution et va faire croître un échantillon de cellules prélevées sur une volaille, dans un bioréacteur.

Pour finir, nous nous demandions comment la viande artificielle deviendrait un enjeu majeur et que faudrait-il en penser ?

Eh bien nous pouvons dire qu’avec ce réchauffement climatique la viande artificielle devient bel et bien un enjeu majeur pour se nourrir, c’est un défi alimentaire qui entraîne beaucoup de questionnement. Quoiqu’il arrive, un changement doit et devra obligatoirement se faire d’ici quelques années. Mais aussi, je pense personnellement qu’il faudrait considérablement réduire les quantités de consommation de viande, avant de penser à mettre en place la consommation de viande artificielle.

Bibliographie :

COUGARD Marie-Josée; BARROUX David. Cette crise est une leçon d’humilité collective. Les Echos [en ligne], 6 novembre 2020, no.23322 [consulté le 20 novembre 2020]. Disponible sur : https://nouveau.europresse.com/Link/dunkerqueT_1/news%c2%b720201106%c2%b7EC%c2%b70604209993634

MATHIEU Béatrice. Nuggets in vitro, foie gras sans gavage… Quand la viande artificielle s’invite à table. L’Express [en ligne], 5 novembre 2020 [consulté le 20 novembre 2020]. Disponible sur : https://nouveau.europresse.com/Link/dunkerqueT_1/news%c2%b720201105%c2%b7EWL%c2%b7xpr2138011

COUGARD Marie-Josée; BARROUX David. Agroalimentaire : « La recherche doit être plus transparente ». Les Echos [en ligne], 6 novembre 2020 [consulté le 20 novembre 2020]. Disponible sur : https://nouveau.europresse.com/Link/dunkerqueT_1/news%c2%b720201106%c2%b7ECF%c2%b70604147589768

Ingrédients organoleptiques. Process Alimentaire [en ligne], 1er novembre 2020 [consulté le 20 novembre 2020]. Disponible sur : https://nouveau.europresse.com/Link/dunkerqueT_1/news%c2%b720201101%c2%b7KY%c2%b7a0001355844

BARGE Stéphane. Le steak artificiel s’invite à table. L’Express [en ligne], 12 novembre 2020, no.3619 [consulté le 20 novembre 2020]. Disponible sur : https://nouveau.europresse.com/Link/dunkerqueT_1/news%c2%b720201112%c2%b7EX%c2%b7expr-20201112-0054

Site web : La viande artificielle (rcf.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *